Comment se déroule une séance ?

La première partie consiste à prendre conscience de son comportement afin de mieux le modifier.

Cette prise de conscience vous permettra d’arrêter de fumer mais surtout de ne pas reprendre !

La deuxième partie de la séance portera sur l’adoption d’un nouveau comportement sain, et une forme de dégoût du tabac pour faciliter son arrêt et surtout vous apporter une visualisation positive de cette nouvelle vie sans tabac.

en fait vous n’arrêtez pas de fumer vous devenez non fumeur

A l’issue de ce rdv :

  • Vous retrouverez votre état naturel de non-fumeur Vous minimiserez la prise de poids généralement liée à l’arrêt du tabac.
  • Vous serez en meilleure santé et limiterez les risques liés à la consommation de tabac.
  • Vous maîtriserez facilement vos envies de fumer induites par les éléments déclencheurs : stress, café, alcool, repas, etc.
  • Vous pourrez continuer de fréquenter les fumeurs sans avoir envie de fumer.
  • Vous aurez de nouveau une haleine fraîche et redécouvrirez le goût et l’odorat.

Vous ferez une économie d’environ 2500€ par an !!!

(Pour une consommation journalière d’un paquet)

•      

•      

NANTES-CHALLANS

        •      

Techniques pour arrêter de fumer confortablement

Il n’est pas acceptable de souffrir en arrêtant de fumer

Il existe des dizaines de techniques pour arrêter de fumer. Et peu d’entre elles prennent en compte l’immense part psychologique de l’addiction au tabac. Voila pourquoi tant de gens souffrent en arrêtant de fumer. Tant de gens « tiennent » et se battent contre eux-mêmes. Ils pensaient avoir assez de volonté, mais se retrouvent à ressentir de la tristesse, de l’anxiété, de la colère ou du stress à peine quelques jours après l’arrêt. Il existe pourtant des techniques pour arrêter de fumer confortablement.

Vous pensez que vous n’avez pas assez de volonté pour arrêter de fumer ? Alors sachez que la volonté est loin d‘être le seul levier de changement à votre disposition, c’est même certainement le moins efficace. Certaines techniques pour arrêter de fumer n’ont pas besoin de beaucoup de volonté pour réussir.

Tout fumeur est un jour confronté à un choix crucial : 

arrêter de fumer avec sa volonté OU réussir à arrêter de fumer.

Quelles techniques pour arrêter de fumer ?

Si vous ne le saviez pas déjà, aucune technique pour arrêter de fumer ne permet en elle même d’arrêter de fumer. Les patchs ne permettent pas d’arrêter de fumer. L’acupuncture ne permet pas d’arrêter de fumer. L’auriculothérapie ne permet pas d’arrêter de fumer. L’hypnose ne permet pas d’arrêter de fumer. La volonté seule ne permet pas d’arrêter de fumer. La motivation peut vous aider vraiment a devenir un non fumeur.

Aucune technique n’arrête de fumer à votre place : c’est vous qui arrêtez de fumer et une technique vous aide pour rendre cet arrêt confortable. 

Ne plus aimer est la clé !!

Si votre arrêt tabac est très difficile à tenir, c’est que la méthode que vous avez utilisée ne remplit pas son rôle. C’est aussi simple que cela.

Alors, comment arrêter de fumer confortablement ? Quelle que soit la technique que vous souhaitez utiliser pour vous aider, réussir à arrêter de fumer passe déjà par une bonne préparation.

Si j’avais 6 heures pour abattre un arbre, je passerais les 4 premières à affuter ma hache.

– Abraham Lincoln –

Comment préparer un arrêt tabac confortable ?

Arrêter de fumer n’est pas une décision légère. Même si parfois, certaines personnes semblent arrêter de fumer brusquement, c’est en fait le résultat d’un processus beaucoup plus long. Toute technique pour arrêter de fumer confortablement commence nécessairement par une décision profonde de se libérer du tabac.

Il y a deux types de décisions : les décisions mentales et les décisions profondes. La différence entre ces deux types de décision est la même qu’entre la souffrance et le confort ou qu’entre l’échec et la réussite.

L e s d é c i s i o n s m e n t a l e s

Prendre une décision mentale, c’est un peu comme si vous alliez au restaurant avec des amis, et que vous imposiez à toute votre tablée le menu qui vous fait plaisir à vous, en ignorant les envies des autres. Forcément, certains seront frustrés, mécontents ou vexés. Certains refuseront de manger et finalement, la soirée sera un fiasco.

Quand vous vous dites à vous même que vous allez arrêter de fumer et que vous tentez de contraindre une part de vous qui ressent du doute, de la peur ou de la tristesse, vous prenez une décision mentale.

Une décision mentale, c’est une décision unilatérale de notre part consciente. C’est juste ignorer des parts de nous moins conscientes mais bien plus puissantes que notre part mentale : les parts de nous qui gèrent notre besoin de plaisir ou de calme par exemple. Ce sont les « bonnes résolutions du nouvel an ». Pour les tenir, il faut utiliser ce qu’on appelle de la volonté, il faut faire des efforts, il faut se donner du mal. C’est ce qu’on nous dit depuis tout petit : « Quand on veut on peut ». Et malheureusement, c’est faux. Pensez à toutes ces choses que vous voudriez et que vous ne pouvez pas avoir ou faire. Quand seule la part mentale de nous veut quelque chose, il ne se passe pas grand chose. 

Finalement, une décision mentale, c’est une décision prise à l’emporte pièce. C’est facile à prendre, mais difficile à tenir. 

L e s d é c i s i o n s p r o f o n d e s

Prendre une décision profonde, c’est comme aller au restaurant avec des amis et demander à chacun s’il est d’accord pour prendre une grande assiette à partager, dans laquelle chacun y trouvera son compte. Alors bien sûr, il faut bien choisir le contenu de

l’assiette. Parfois, tout le monde est d’accord tout de suite et parfois, cela nécessite quelques discussions et négociations. Mais une fois l’accord trouvé, tout le monde est satisfait et le repas se passe bien. 

Une décision profonde est une décision prise en accord avec toutes les parts de soi, pas seulement la part mentale. Cela passe par le fait de reconnaître que nous ne sommes pas que la part mentale de nous, mais que nous avons aussi des besoins et des envies.

Reconnaître qu’on a des besoins ne signifie pas d’y céder. C’est juste accepter qu’il est nécessaire de négocier avec eux pour choisir le contenu de l’assiette. Sans quoi, ils vont taper du poing sur la table et finir par nous renvoyer l’assiette au travers de la figure. C’est ce qu’il se passe quand on arrête de fumer un temps, puis qu’on craque et qu’on reprend encore plus qu’avant.

Finalement, une décision profonde est une décision nécessitant de l’introspection et de l’honnêteté. Elles ne sont pas faciles à prendre car il faut s’assurer que toutes les parties de nous vont dans le même sens. Elles sont faciles à tenir car il s’agit d’un changement profond.

L’hypnose et la PNL sont d’excellents moyens de parvenir à prendre de telles décisions.

Comment s’assurer que sa décision d’arrêter de fumer est profonde ?

Parfois, on prend une décision, et on y croit vraiment. On pense vraiment que tout en nous est ok pour suivre ce choix. Et pourtant, il arrive de se tromper. 

Quand on prend la décision d’arrêter de fumer, il est bon d’effectuer le petit exercice suivant :

  1. Asseyez-vous et fermez les yeux
  2. Prenez quelques respirations profondes pour calmer l’esprit et le corps
  3. Portez votre attention en vous et dites vous fermement (tout fort ou avec votre voix interne) : « A partir d’aujourd’hui, je ne touche plus une clope jusqu’à la fin de mes jours. »
  • Notez les premiers sentiments (ou émotions) qui émergent, sans jugement, avec ouverture d’esprit et honnêteté (je ne parle pas de ce que vous pensez mais bien de ce que vous ressentez dans le corps, la poitrine, le ventre, la gorge ou ailleurs). Il arrive qu’en lisant simplement les consignes de cet exercice, des sentiments viennent. Inutile alors de faire l’exercice, vous avez déjà votre réponse.

Plusieurs possibilités :

  • Vous ressentez de la joie, de la fierté, une libération où tout autre sentiment dit positif. C’est a priori que la décision d’arrêter de fumer est en accord avec les autres parts de vous. 
  • Vous ressentez de la peur, du stress, de la tristesse où tout autre sentiment dit négatif. C’est qu’une part de vous n’est pas d’accord tout de suite avec votre décision d’arrêter de fumer.
  • Vous ressentez un mélange des deux. C’est également qu’une part de vous n’est pas d’accord.
  • Vous ne ressentez rien de particulier. Refaites l’exercice en étant davantage attentif et concentré vers l’intérieur de vous. Si aucun sentiment ne naît, c’est que cet exercice n’est pas utile pour vous.

Si l’idée d’arrêter de fumer crée un sentiment inconfortable

(peur, tristesse, doute…)

Si votre décision d’arrêter de fumer crée un inconfort interne quand vous y pensez, c’est qu’il y a un travail à faire pour y parvenir. Si vous ne faites pas ce travail et que vous tentez d’arrêter de fumer par votre seule volonté, vos chances de succès seront réduites. Vous aurez également besoin de beaucoup d’efforts et d’énergie pour vous battre contre vous-même et imposer votre décision au reste de vous-même. Certains y parviennent, parfois très bien, parfois en payant le prix : en kilos, en irritabilité ou en déprimes. Bien sûr, je déconseille de faire ainsi car, à se battre contre soi-même, on ne peut que perdre.

La solution est ici d’aller consulter un professionnel qui vous aidera à faire le point avec vous-même pour aider les autres parts de vous à adhérer à votre décision. Je constate chaque jour que l’arrêt tabac par hypnose est le parfait moyen pour faire cela. La PNL (programmation neuro linguistique) est également un outil que je recommande.

Si l’idée d’arrêter de fumer crée un sentiment agréable (joie, libération…)

Quand vous pensez à arrêter de fumer, vous ressentez une libération, de la joie, de la sérénité… alors il est probable que vous êtes prêt(e). Ici, je vous conseille de faire appel à un tabacologue ou à votre médecin qui saura vous indiquer la marche à suivre.

Bien sûr, l’hypnose peut vous aider à franchir cette étape de votre vie pour vous assurer une transition confortable. Surtout, l’hypnose vous aidera ici à ne pas céder aux envies situationnelles (un stress au travail, une soirée entre ami…)

Quelle technique pour arrêter de fumer confortablement ?

Arrêter de fumer, c’est comme un déménagement intérieur. Déjà parce que ça se prépare, on pèse le pour et le contre, on réfléchit un minimum. Ensuite car on sait ce qui nous a poussé à déménager. Egalement car on sait ce qu’on aimait dans l’ancienne habitation et ce qu’on n’aime plus. On sait ce qu’on attend de la nouvelle habitation et également les compromis qui ont été faits. 

Les techniques pour arrêter de fumer sont les déménageurs. Alors, il existe des déménageurs qui ne font que transporter des cartons (les patchs par exemple). Et il existe aussi des déménageurs qui savent correctement emballer vos affaires et qui les transportent avec soin. Arrivés chez vous, ils répartissent les cartons dans les pièces adéquates et vous remontent vos meubles dans le bon sens. 

L’hypnose est un excellent déménageur ! Tout comme arrêter de fumer, déménager est à la fois stressant et galvanisant. C’est en général stressant le jour J, même si on s’aperçoit souvent que tout se passe à peu près comme prévu. C’est aussi un peu déroutant les quelques jours suivants, car c’est un sacré bazar chez soi et il faut tout réorganiser. Et c’est aussi galvanisant de redéfinir sa zone de confort, un peu comme redémarrer une nouvelle vie, avec des pensées différentes, et de nouvelles habitudes. Parmi les techniques pour arrêter de fumer, l’hypnose me semble la plus adaptée pour vous accompagner dans cette étape de vie.

Comment se passe un arrêt tabac confortable ?

Voici comment se passe un déménagement bien fait :

Dans les premiers jours suivant un déménagement, on s’aperçoit parfois que c’est compliqué de vivre dans les cartons. On aimait bien son petit confort d’avant, même s’il était imparfait, au moins ça n’était pas un tel chantier ! Alors on se souvient de pourquoi on a déménagé. Et il ne vient à l’idée de personne de repartir dans l’ancienne habitation.

Et puis parfois, on est un peu déçu. On pensait que les voisins allaient être plus sympas ou que la route serait moins passante. Alors, on trouve des solutions pour aimer quand même son nouveau logement, par exemple en se concentrant sur ce qu’on aime plutôt que sur ce qui n’est pas parfait. Et il ne vient pas à l’idée de repartir dans l’ancienne habitation.

Parfois, il arrive même qu’on rencontre les nouveaux habitants de notre ancien logement. Alors ils nous disent comment c’est bien chez eux et comment ils sont satisfaits de s’y être installés. Alors on peut se remémorer comment l’ancien logement était effectivement bien pour notre vie d’avant, et que pour notre vie de maintenant, le nouveau logement est plus adapté. Et il ne vient pas à l’idée de repartir dans l’ancienne habitation.

Finalement, quand vous changez d’habitation, il ne vous vient pas à l’idée de repenser en permanence à votre habitation précédente et d’avoir envie d’y retourner. Pour la clope, c’est pareil.

Voici comment se passe un arrêt tabac bien fait :

  • L’arrêt tabac est globalement confortable, vous n’êtes pas en train de « tenir ». Vous savez profondément que vous ne reprendrez jamais et vous êtes en train de réaménager votre vie pour accueillir ce changement. Il y a des moments faciles, des moments moins faciles, mais vous ne remettez pas en cause votre décision.

Il vous arrive parfois de penser à la cigarette, même d’en avoir un peu envie mais pas d’en avoir besoin. C’est normal de repenser parfois à la cigarette après avoir arrêté de fumer, même sous hypnose, car vous avez habitué votre inconscient à répondre à ce stimulus pendant longtemps. Il faut parfois un peu de temps pour que l’inconscient ne provoque plus d’idée de fumer,

Tout comme arrêter de fumer, déménager est à la fois stressant et galvanisant. C’est en général stressant le jour J, même si on s’aperçoit souvent que tout se passe à peu près comme prévu. C’est aussi un peu déroutant les quelques jours suivants, car c’est un sacré bazar chez soi et il faut tout réorganiser. Et c’est aussi galvanisant de redéfinir sa zone de confort, un peu comme redémarrer une nouvelle vie, avec des pensées différentes, et de nouvelles habitudes. Parmi les techniques pour arrêter de fumer, l’hypnose me semble la plus adaptée pour vous accompagner dans cette étape de vie.

Comment se passe un arrêt tabac confortable ?

Voici comment se passe un déménagement bien fait :

Dans les premiers jours suivant un déménagement, on s’aperçoit parfois que c’est compliqué de vivre dans les cartons. On aimait bien son petit confort d’avant, même s’il était imparfait, au moins ça n’était pas un tel chantier ! Alors on se souvient de pourquoi on a déménagé. Et il ne vient à l’idée de personne de repartir dans l’ancienne habitation.

Et puis parfois, on est un peu déçu. On pensait que les voisins allaient être plus sympas ou que la route serait moins passante. Alors, on trouve des solutions pour aimer quand même son nouveau logement, par exemple en se concentrant sur ce qu’on aime plutôt que sur ce qui n’est pas parfait. Et il ne vient pas à l’idée de repartir dans l’ancienne habitation.

Parfois, il arrive même qu’on rencontre les nouveaux habitants de notre ancien logement. Alors ils nous disent comment c’est bien chez eux et comment ils sont satisfaits de s’y être installés. Alors on peut se remémorer comment l’ancien logement était effectivement bien pour notre vie d’avant, et que pour notre vie de maintenant, le nouveau logement est plus adapté. Et il ne vient pas à l’idée de repartir dans l’ancienne habitation.

Finalement, quand vous changez d’habitation, il ne vous vient pas à l’idée de repenser en permanence à votre habitation précédente et d’avoir envie d’y retourner. Pour la clope, c’est pareil.

Voici comment se passe un arrêt tabac bien fait :

  • L’arrêt tabac est globalement confortable, vous n’êtes pas en train de « tenir ». Vous savez profondément que vous ne reprendrez jamais et vous êtes en train de réaménager votre vie pour accueillir ce changement. Il y a des moments faciles, des moments moins faciles, mais vous ne remettez pas en cause votre décision.
  • Il vous arrive parfois de penser à la cigarette, même d’en avoir un peu envie mais pas d’en avoir besoin. C’est normal de repenser parfois à la cigarette après avoir arrêté de fumer, même sous hypnose, car vous avez habitué votre inconscient à répondre à ce stimulus pendant longtemps. Il faut parfois un peu de temps pour que l’inconscient ne provoque plus d’idée de fumer, car il aura compris vous ne répondez plus à cette demande. C’est un apprentissage qui se fait rapidement (en général moins d’un mois).
  • Certaines personnes ne pensent plus du tout à la cigarette ou n’y pensent que pour s’étonner de ne pas en avoir envie.
  • Il n’y a pas de prise de poids ni d’irritabilité car vous ne compensez pas l’arrêt de la cigarette par autre chose d’inconfortable. Si vous compensez, vous le faites avec quelque chose qui est en accord avec toutes les autres parties de vous.
  • Entre amis ou entre collègues par exemple, il n’y a pas d’idée persistante que vous pourriez taxer une clope. Si cette idée survient, elle est vite évacuée car vous avez compris que c’est un risque de rechute important.

Tout comme arrêter de fumer, déménager est à la fois stressant et galvanisant. C’est en général stressant le jour J, même si on s’aperçoit souvent que tout se passe à peu près comme prévu. C’est aussi un peu déroutant les quelques jours suivants, car c’est un sacré bazar chez soi et il faut tout réorganiser. Et c’est aussi galvanisant de redéfinir sa zone de confort, un peu comme redémarrer une nouvelle vie, avec des pensées différentes, et de nouvelles habitudes. Parmi les techniques pour arrêter de fumer, l’hypnose me semble la plus adaptée pour vous accompagner dans cette étape de vie.

Comment se passe un arrêt tabac confortable ?

Voici comment se passe un déménagement bien fait :

Dans les premiers jours suivant un déménagement, on s’aperçoit parfois que c’est compliqué de vivre dans les cartons. On aimait bien son petit confort d’avant, même s’il était imparfait, au moins ça n’était pas un tel chantier ! Alors on se souvient de pourquoi on a déménagé. Et il ne vient à l’idée de personne de repartir dans l’ancienne habitation.

Et puis parfois, on est un peu déçu. On pensait que les voisins allaient être plus sympas ou que la route serait moins passante. Alors, on trouve des solutions pour aimer quand même son nouveau logement, par exemple en se concentrant sur ce qu’on aime plutôt que sur ce qui n’est pas parfait. Et il ne vient pas à l’idée de repartir dans l’ancienne habitation.

Parfois, il arrive même qu’on rencontre les nouveaux habitants de notre ancien logement. Alors ils nous disent comment c’est bien chez eux et comment ils sont satisfaits de s’y être installés. Alors on peut se remémorer comment l’ancien logement était effectivement bien pour notre vie d’avant, et que pour notre vie de maintenant, le nouveau logement est plus adapté. Et il ne vient pas à l’idée de repartir dans l’ancienne habitation.

Finalement, quand vous changez d’habitation, il ne vous vient pas à l’idée de repenser en permanence à votre habitation précédente et d’avoir envie d’y retourner. Pour la clope, c’est pareil.

Voici comment se passe un arrêt tabac bien fait :

  • L’arrêt tabac est globalement confortable, vous n’êtes pas en train de « tenir ». Vous savez profondément que vous ne reprendrez jamais et vous êtes en train de réaménager votre vie pour accueillir ce changement. Il y a des moments faciles, des moments moins faciles, mais vous ne remettez pas en cause votre décision.
  • Il vous arrive parfois de penser à la cigarette, même d’en avoir un peu envie mais pas d’en avoir besoin. C’est normal de repenser parfois à la cigarette après avoir arrêté de fumer, même sous hypnose, car vous avez habitué votre inconscient à répondre à ce stimulus pendant longtemps. Il faut parfois un peu de temps pour que l’inconscient ne provoque plus d’idée de fumer, car il aura compris vous ne répondez plus à cette demande. C’est un apprentissage qui se fait rapidement (en général moins d’un mois).
  • Certaines personnes ne pensent plus du tout à la cigarette ou n’y pensent que pour s’étonner de ne pas en avoir envie.
  • Il n’y a pas de prise de poids ni d’irritabilité car vous ne compensez pas l’arrêt de la cigarette par autre chose d’inconfortable. Si vous compensez, vous le faites avec quelque chose qui est en accord avec toutes les autres parties de vous.
  • Entre amis ou entre collègues par exemple, il n’y a pas d’idée persistante que vous pourriez taxer une clope. Si cette idée survient, elle est vite évacuée car vous avez compris que c’est un risque de rechute important.

Après l’arrêt de tabac, que faire si c’est dur ?

Une part de vous est en train de se demander si ce n’était pas mieux dans la maison d’avant.

Si l’arrêt de tabac est vraiment difficile à tenir, c’est qu’une part de vous n’est pas tout à fait au clair avec votre arrêt tabac. En fait, c’est souvent qu’une part est encore en train de se demander si ce n’était pas mieux dans la maison d’avant. Parmi les techniques pour arrêter de fumer, vous n’avez pas choisi la meilleure pour vous. Ou alors il faut encore y travailler un peu.

Attention, la cigarette est insidieuse. Il lui en faut parfois peu pour repointer le bout de son filtre. C’est comme un VRP qui frappe à votre porte mentale. Si vous ne fermez pas immédiatement la porte en lui bottant les fesses, alors elle rentre, s’installe sur votre canapé et commence à multiplier les idées de tabac. Et là, les négociations commencent : « Bon aller, j’en prends juste une, et après j’arrête vraiment. », ou alors « Bon, je vais fumer juste en soirée avec des amis. », ou encore « Bon allez, je vais me permettre d’en fumer juste 3 par jours. ». Souvenez-vous à ce moment-là que tout cela est un discours mensonger qui ne tiendra pas ses promesses. La cigarette est comme un commercial qui vous vante les mérites d’un produit en omettant sciemment tous les inconvénients. Dans la tête, ça fait « Ça va me détendre, c’est agréable, je vais pouvoir en prendre qu’une. » mais on n’entend pas toujours que si on la fume, c’est aussi : la culpabilité d’avoir fumé à nouveau, le besoin d’en reprendre une autre rapidement, les particules dégueulasses que vous mettez dans vos poumons et dans votre sang, l’argent que vous allez à nouveau jeter pour payer vos clopes, etc.

Si malgré tout vous ne parvenez pas à vous débarrasser de ce type de pensées, et qu’il est très inconfortable d’y résister, alors il est préférable d’aller voir (ou revoir) une personne qui pourra vous aider à franchir le pas définitivement.